Vous envisagez de partir en excursion sur plusieurs jours et bien sûr, toutou sera de la partie ? Tout comme pour un sportif de haut niveau qui s’entraîne régulièrement en vue d’une compétition, ce genre de périple se prépare à l’avance. L’effort intense et continu que demande la marche en montagne nécessite en effet une préparation physique pour votre compagnon canin… et pour vous. Découvrons comment préparer un chien à une randonnée de plusieurs jours, grâce à 9 étapes clés. 

Préparer un chien à une randonnée de plusieurs jours
Comment préparer un chien à une grande randonnée : 9 clés. Image by Pixabay.

Pourquoi préparer un chien à un effort physique

Nous pourrions penser qu’un chien n’a pas besoin d’entraînement particulier. Après tout, il se promène tous les jours, il court, il joue, il se dépense… Donc il devrait être en pleine forme. Mais est-ce suffisant pour l’effort que représente une randonnée sur plusieurs jours, avec du dénivelé, une altitude différente de celle à laquelle il est habitué, et surtout, de la marche sur plusieurs heures

Vous l’aurez compris, comme nous ne nous lancerions pas dans un semi-marathon sans entraînement, nous ne nous embarquons pas non plus dans une randonnée de 3 jours ou plus sans préparation physique. Et bien il en est de même pour nos compagnons canins. 

Certes, ceux-ci marchent sur quatre pattes et non deux comme nous simples bipèdes. Pourtant, leurs muscles et leurs articulations sont aussi soumis à rude épreuve durant une activité de ce genre. Et que dire de leur système cardio-respiratoire ? Il sera également essentiel de protéger et de prendre soin de leurs coussinets. Car, si renforcés soient-ils, ils vont être extrêmement sollicités sur des terrains parfois très rocailleux. 

Entraîner un chien à une grande randonnée, c’est donc le préparer à différents niveaux

  • renfort musculaire, 
  • souplesse ostéo-articulaire, 
  • prévention du système tendineux, 
  • endurance cardiaque et respiratoire, 
  • renforcement des coussinets. 

Cela dans 3 buts pour le chien : 

  • Éviter qu’il se blesse, 
  • Le rendre endurant, 
  • Lui permettre d’être de tous les voyages. 

Mais l’entraînement est-il identique pour tous les chiens ? 

Pourquoi entraîner un chien à un effort physique
Comme un sportif, un chien a besoin 'être entraîné avant une randonnée de plusieurs jours. Image by Pixabay.

Comment préparer un chien à une randonnée sur plusieurs jours : 9 clés

Il n’est pas possible de faire de généralité, chaque chien étant différent, avec son endurance, son âge, ses capacités physiques, son passé médical, etc… 

Donc pour vous aider à créer un programme d’entraînement adapté à votre chien, voici 9 clés sur lesquelles vous appuyer

1. S'adapter à l'âge du chien

L’âge du chien est LE premier critère à prendre en compte pour démarrer un programme d’entraînement. En effet, il est évident qu’un chiot de 2 mois ne pourra pas fournir le même effort qu’un adulte pratiquant une activité régulière. 

Nous en parlions dans de précédents articles, il est tout de même possible de voyager avec un chiot ou un jeune chien, comme avec un chien âgé ou handicapé. Il suffit de s’adapter au rythme de son ami canin et de prendre certaines précautions particulières : 

  • Pour un chiot par exemple, le rythme conseillé est d’une minute de course/marche rapide par semaine de vie. Donc avec un chiot de 2 mois, soit 8 semaines, il pourra suivre en promenade durant 8 minutes. Pour un chiot de 4 mois, 16 à 20 minutes d’activité intense seront suffisante. Il est essentiel de respecter les stades de vie du chien et la croissance du jeune canidé, afin de ne pas solliciter plus que de raison ses articulations. 
  • Avec un chien adulte, son cardio-respiratoire doit se construire progressivement, afin de le rendre endurant. Cela se prépare depuis petit, en augmentant progressivement la durée, le rythme et la difficulté des promenades. 
  • Pour un chien âgé, maintenir une activité physique est conseillé afin que l’arthrose ne s’installe pas. 
  • Et pour un chien handicapé, il existe beaucoup de matériel spécifique pour lui permettre de continuer à accompagner son gardien partout. Bien entendu, il ne s’agira pas là de lui imposer une randonnée sur plusieurs jours, mais bien de continuer les promenades quotidiennes. 

Donc, quand nous souhaitons partir en excursion plusieurs jours, nous ne pouvons pas nous permettre de le faire sur un coup de tête. Sans quoi notre toutou ne tiendra pas la distance. Entre blessures aux coussinets, essoufflement, perte d’équilibre, voire articulations surmenées, la randonnée risquerait bien de s’achever plus tôt que prévu. 

Sans compter qu’un chien ne se rend pas forcément compte de ses limites, et suivra son gardien jusqu’au bout, sans montrer de signes de fatigue. A nous de lui imposer des moments de repos, et surtout de bien le préparer en amont à cette belle expérience qu’est la grande randonnée. 

S’adapter à l’âge de son chien, c’est aussi adapter le tracé de votre randonnée, et la difficulté de celle-ci. Nous l’avons dit, un chiot ne pourra et ne devrait pas fournir le même effort qu’un chien ayant terminé sa croissance. Avec un chien senior (à partir de 7 ans) c’est à ses articulations qu’il faudra faire attention. 

Ainsi, la randonnée que vous choisirez, sa durée et sa difficulté, devront être adaptées à votre compagnon canin. Dans tous les cas, pensez a bien entretenir les griffes de votre chien, et de les couper avant le départ. Ceci afin d’éviter qu’elles ne s’arrachent durant le trajet, ce qui est très douloureux, et met très longtemps à cicatriser. 

2. Se renseigner sur la race du chien

A chaque race ses particularités physiques et son endurance

  • Les chiens de races brachycéphales (Carlin, Shi-Tsu, Sharpei, Bouledogue français ou anglais, Boxer, Lhassa-Apso…) peuvent présenter des difficultés respiratoires, et une certaine faiblesse cardiaque. 
  • Les chiens de races géantes (Dogue Allemand, Dogue de Bordeaux, Dogue du Tibet, Mastiff, Léonberg, Grand Bouvier Suisse, Landseer, Montagne des Pyrénées, Saint-Bernard, Terre Neuve, Tosa…) peuvent fournir en général un effort court, car ce sont des chiens qui n’ont que peu d’endurance. 
  • Les chiens de Berger (Malinois, Berger Australien, Border Collie, Beauceron, Berger Blanc Suisse, Berger Allemand…) sont en principe les mieux “équipés” pour fournir un effort sur la durée, comme les chiens de races primitives. Ils peuvent aussi bien fournir un effort court et intense qu’un effort plus doux mais continu. 
  • Les chiens primitifs (Husky, Malamute, Akita Inu, Samoyède, Chien Norvégien…) sont eux aussi de grands habitués aux longues distances. Leur endurance naturelle leur permet de parcourir de nombreux kilomètres. Bien sûr, cela n’enlève rien à l’importance de l’entraînement. 
  • Les chiens de petites races (Caniche, Yorshire, Chihuahua, Westie, Bichon, Corgi, Teckel, Pinscher, Papillon…) pourraient bien vous surprendre. Leur petite taille n’enlève rien à leur agilité et à leur énergie, et avec une préparation adéquate ils pourraient vous suivre sur de longs trajets. 

Bref, vous l’aurez compris, la race de votre chien a aussi son importance sur le choix de votre randonnée, sa durée et sa difficulté. 

3. Être conscient de la condition physique de son chien

Savoir comment préparer un chien à une randonnée de plusieurs jours, c’est aussi savoir sur quelle base partir. Votre chien fait-il régulièrement des randonnées à la demi-journée ou à la journée ? Pratique t-il un sport canin chaque semaine ? Fait-il de longues promenades hebdomadaires avec d’autres congénères ? Si oui, il a déjà de bonnes bases physiques. 

Il faudra aussi vous posez d’autres questions : présente t-il des troubles ostéo-articulaires, une fragilité spécifique (cardiaque, respiratoire, tendineuse…), a t-il déjà subit une intervention chirurgicale, est-il sous traitement médicamenteux ? La randonnée sera différente dans son exigence. 

Programmer l’entraînement de son chien, c’est donc savoir doser les activités et donc l’effort à fournir, ne pas pousser trop loin et trop vite les capacités de votre ami canin, afin de préserver ses articulations et construire progressivement son cardio-respiratoire. 

4. Définir avec soin son objectif

En fonction des 3 premiers points évoqués, vous devriez déjà avoir une bonne idée de l’excursion qu’il vous est possible de préparer : 

  • Durée de la randonnée : le nombre de jours souhaités mais aussi le temps de marche prévu chaque jour. 
  • Conditions météorologiques : en quelle saison souhaitez-vous partir, quelle est la plus adaptée à votre chien. Un chien primitif sera plus à l’aise aux saisons froides qu’en été, tandis qu’un chien à poils longs et aux petites pattes sera moins à l’aise dans la neige, qui s’amassera en glaçons sous son ventre et ses coussinets. Vous devrez aussi prendre en compte les températures, car par exemple les chiens de races brachycéphales sont moins à l’aise pour respirer lors de très fortes chaleurs. 
  • Altitude : vous ne vous lancez pas dans un trop haut sommet sans entraînement. Il en va de même pour nos chiens. 
  • Dénivelés : pensez à regarder votre tracé pour calculer les dénivelés positifs et négatifs. Surtout en partant plusieurs jours de suite. Gardez en tête que les descentes sollicitent autant voire plus les articulations et les muscles que les montées. 
Avant une grande randonnée, l'entraînement
Une grande randonnée avec un chien se prépare plusieurs mois à l'avance. Image by Pixabay.

5. Penser progressivité

A présent que vous avez une bonne idée du type de randonnée possible, vous pouvez démarrer l’entraînement de votre chien. Pensez PROGRESSION. Il n’est pas question de partir directement sur une randonnée de 5 heures si toutou n’en a jamais fait auparavant. Tout comme nous entraînons le chien progressivement pour n’importe quel nouvel exercice d’éducation, nous devons entraîner son physique de manière graduelle

  • Pour un chien qui n’a jamais randonné : commencer par une promenade de 1 à 2 heures avec peu de dénivelé. Chaque semaine, augmentez progressivement la durée et le dénivelé, 
  • Pour un chien qui fait occasionnellement des randonnées : essayez-vous à une randonnée à la demi-journée, puis à  la journée, puis sur un week-end. Cela permettra aussi de voir comment se comporte toutou la nuit dans une tente de bivouac, 
  • Pour un chien qui a l’habitude des randonnées à la journée : faites une “excursion test” sur un week-end. 

Sur le site Altitude Rando, il est possible de choisir son itinéraire en fonction : 

  • Du lieu : commune, nom de la randonnée, massif, pays, 
  • De la difficulté : avec un chien, les randonnées classées “difficiles” peuvent être à éviter car elles ont souvent des passages délicats où il faut être encordé, ou des endroits trop étroits et vertigineux. A vérifier sur chaque topo,  😉 
  • De la durée : de la demi-journée à 3 jours et plus. En sachant que si vos optez pour une randonnée à la demi-journée, il est possible de faire demi-tour en cours de route pour raccourcir ce temps, 
  • Du dénivelé positif : de 0 à +2000 mètres, 
  • Des activités possibles sur place : randonnée, raquettes, ski de randonnée, rando à VTT, via-ferrata, escalade, spéléologie, alpinisme. Les 4 premières pouvant convenir à un chien, tandis que nous éviteront les 4 dernières. Quoique certains canidés pratiquent l’escalade avec leur gardien et un bon sac de portage. 😉 
  • Mais aussi en fonction des points d’intérêt : dont l’option “chiens autorisés” : très utile pour être certains que nos animaux sont bien admis sur place avant de choisir un trajet. 

Bien sûr, faire des randonnées en augmentant graduellement la difficulté ne sera pas suffisant pour entraîner un chien à un effort de plusieurs jours. 

6. Varier les terrains

Il est essentiel de varier également les lieux, pour multiplier les terrains de jeux du chien : 

  • Promenades sur du plat : pour une balade tranquille à la campagne, sur des chemins de gravier ou du goudron, 
  • Sorties en forêt : pour marcher sur des épines de pin, de la terre, de la gadoue, 
  • Circuit en montagne : pour prendre un peu de D+ dans les pattes et cavaler sur de la roche, 
  • Virée à la mer : pour gambader sur le sable et sauter dans les vagues, 
  • Baignade au lac : pour profiter des bienfaits de la nage sur les articulations, 
  • Marche dans la neige : pour habituer les coussinets à de nouvelles sensations et voir comment ils réagissent à l’abrasion de la glace. 

7. Anticiper plusieurs mois à l'avance

Plus toutou aura une activité régulière et progressive, plus il sera résistant à un effort sur plusieurs jour. Ainsi, il est essentiel de prévoir un laps de temps suffisant entre la préparation sportive du chien et l’excursion. 

Une randonnée de plusieurs jours se prévoit donc plusieurs mois à l’avance, que cela soit pour l’humain comme pour l’animal. Vous avez prévu une excursion pour cet été ? Commencez l’entraînement dès cet hiver. 

Évidemment, plus le chien sera habitué à ce genre d’aventure, plus son physique sera entraîné également. Ainsi, un chien qui pratique régulièrement une activité sportive, telle que le cani-cross, l’agility, le fly-ball, ou autre, devrait déjà avoir un bon système cardio-respiratoire, et des articulations habituées à fournir un effort. 

Néanmoins, il ne s’agit pas de confondre un effort intense sur une durée limitée, avec un effort moins soutenu mais sur une durée plus longue. En effet, une course de cani-cross ou un parcours d’agility par exemple, sont des activités qui vont être limitées dans leur durée, sur une heure ou deux heures peut-être. 

Tandis que lors d’une randonnée, votre ami canin va marcher (et probablement courir) pendant 4-5 heures voire plus d’affilée. Et devoir remettre ça le lendemain, et ce chaque jour où durera votre excursion. 

Il est donc important de démarrer tôt son entraînement, afin de protéger l’ensemble de ses fonctions motrices, cardiaque et respiratoire, de toute lésion dû à la fatigue. 

8. Habituer son chien au matériel

D’autre part, vous aurez besoin de matériel spécifique pour lui, pour lequel il devra être habitué auparavant. Par exemple, il lui faudra un harnais pour chien actif, avec peut-être un sac de bât si vous souhaitez qu’il transporte quelques unes de ses affaires. Alors tout en préparant le programme d’entraînement de votre chien, pensez aussi à faire la liste du matériel pour chien aventurier dont vous aurez besoin. 😉 

Il est d’ailleurs préférable de prévoir une paire ou deux paires de bottines pour protéger ses coussinets des abrasions inhérentes aux différents types de sol. Ce matériel nécessite une habituation préalable, de même pour les chaussettes de protection dont vous pourriez avoir besoin pour lui faire un pansement en cas de coupure du coussinet

Vous pourriez également souhaiter que votre chien vous tracte dans les montées. Un harnais de traction relié à votre ceinture dorsale grâce à une longe élastique seront donc indispensables, de même que la commande “en avant”, qui nécessite un petit apprentissage préalable. 

9. Faire une bonne récupération

Durant l’entraînement de votre animal, la récupération sera essentielle pour la construction de l’endurance du chien, et la régénération de son corps. Pour cela, il est important que votre compagnon canin marche durant un moment après une course, et conserve une activité régulière entre chaque séance d’entraînement. 

Cela s’appelle la récupération active : le maintien d’une activité douce après un effort intense permet au sang de circuler et aux toxines de s’évacuer plus facilement

Cela évite ainsi aux courbatures de s’installer, et donc à votre chien de prendre des positions antalgiques (pour soulager la douleur des courbatures) ce qui risquerait de modifier la posture globale de son anatomie et de nécessiter une séance d’ostéopathie. Celle-ci est toutefois conseillée une à deux fois par an pour s’assurer du bon fonctionnement général du corps de votre ami canin. 

9 clés pour préparer un chien à une grande randonnée
Une préparation en amont permet une randonnée en toute sérénité. Image by Pixabay.

Vous savez désormais comment préparer un chien à une randonnée de plusieurs jours. Progression et adaptabilité sont donc essentielles pour être sûr que votre chien soit performant et suffisamment endurant pour la randonnée souhaitée. Et pour votre propre entraînement voici ici 10 principes de préparation physique pour la randonnée. 😉 

Avez-vous prévu une randonnée sur plusieurs jours dans quelques mois ? Racontez-nous en commentaires où vous allez. 😉 

Suivez-nous sur les réseaux :

The following two tabs change content below.
Passionnée par les voyages accompagnée de ses chiens, Maorie est aussi coach en comportement animalier, spécialisée dans les troubles et thérapies comportementales en méthode positive. Fondatrice de dclickbnb.com, elle y propose des articles et conseils sur la santé, l’alimentation, l’éducation positive, les soins au naturel, le clicker training, les sports canins et bien sûr les voyages avec un chien. Dans un souhait de transmettre sa passion pour les chiens et ses connaissances sur le terrain, elle anime également un groupe Facebook dont la belle communauté partage également ses voyages et son amour des chiens au quotidien.

Laisser un commentaire

  1. 35 Randonnées Insolites en Suisse à Découvrir avec un Chien | D'ClickBnb

    […] randonnée, pensez à prévoir le matériel adéquat pour votre chien et assurez-vous qu’il soit bien entraîné, notamment si vous souhaitez partir barouder plusieurs jours de […]

  2. 750 km avec un Chien : Sur les Chemins de Compostelle | D'ClickBnb

    […] Les étapes faisaient en moyenne 20 à 25 kilomètres. Nous nous sommes donc entraînés sur cette distance régulièrement. […]

  3. Bivouac avec un Chien : Quel Matériel Emporter | D'ClickBnb

    […] nous vous conseillons également de faire un tour sur cet article, afin de savoir comment préparer votre chien à l’effort d’une randonnée sur plusieurs jours. Après tout, nos chiens méritent aussi un entrainement sportif, surtout si vous souhaitez […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.